Efficacité et puissance pour le contrôle des imprimésToute l'actualité d'EyeC et de nos technologies d'inspection - EyeC

Efficacité et puissance pour le contrôle des imprimés

Grâce au système EyeC Proofiler, Pierre Fabre Dermo-Cosmétique a réduit de 45 à 5 minutes le temps nécessaire pour contrôler la qualité d’impression d’un conditionnement. Troisième laboratoire pharmaceutique français, Pierre Fabre est un précurseur de la dermo-cosmétique. Cette dernière représente plus de la moitié de son chiffre d’affaires, soit 1148 millions d’euros en 2014 (dont 62% réalisés à l’international). Son portefeuille comprend sept marques dont la célèbre Avène, mais aussi Klorane, Ducray, A-Derma, René Furterer, Galénic et Elancyl.

Des cosmétiques fabriqués dans les mêmes conditions que des médicaments

Fabriquée en France sur des sites validés établissements pharmaceutiques, la production de la gamme dermo-cosmétique de Pierre Fabre s’effectue sous haut contrôle de la qualité. Cette même exigence s’applique au centre de stockage des conditionnements situé à Castres, à quelques kilomètres de Soual. Là, sur 20000 m², les 4000 références nécessaires au conditionnement de la gamme sont stockées, puis contrôlées et libérées. Nicolas Mouquot dirige les opérations de contrôle qualité. Il s’appuie pour cela sur une équipe de 10 préleveurs-contrôleurs polyvalents, qui vérifient tous les aspects des conditionnements : propreté, fonctionnalité, rendu final et textes. Il y a encore à peine un an, ce dernier point - la vérification des textes et décor - se faisait visuellement. Cela constituait une tâche complexe, longue, parfois même pénible.

Un contrôle visuel non sans faille

« Le risque d’un tel contrôle, commente Nicolas Mouquot, c’est que le technicien peut corriger par habitude certains défauts ou fautes de frappe. » Pour lutter contre cette correction automatique faite par le cerveau, la concentration doit être totale. « Par conséquent, nos techniciens ne doivent pas vérifier en suivant deux fois le même conditionnement. » Certains défauts sont également presque invisibles à l’œil. « Certains acronymes ne se différencient que par un chiffre ou une lettre. Si un produit contient un acronyme erroné, mais qui correspond à un ingrédient réel, cela peut être difficile à détecter. » Les mentions légales de sécurité sont également une zone particulièrement sensible. « C’est là où les informations changent le plus souvent. Le risque d’erreur de mise en page est élevé. » Malheureusement, il n’est pas toujours facile de voir qu’un texte modifié a soudain disparu sous un graphique ou un code-barres.

Un besoin croissant de réactivité

En plus de ces exigences complexes de qualité, les contrôleurs doivent être réactifs. « En quatre ans, les volumes de production ont augmenté de 30%. » Chez Pierre Fabre, les contrôles se font avant l’envoi des références à l’usine. Leur priorisation suit le planning de production. « Un retard de contrôle peut entrainer un arrêt de la ligne de production. » Pour améliorer les performances et la productivité, Nicolas Mouquot se tourne vers les systèmes d’automatisation du contrôle des imprimés. Le laboratoire teste alors les principales solutions du marché : « Nous avons conçu des tests pour qualifier les systèmes sur tous les types d’articles que nous contrôlons : étiquettes, étuis, notices, tubes aluminium et tubes plastiques. »

Le choix du système d’automatisation EyeC Proofiler

A l’issue de cette évaluation, Pierre Fabre retient le système EyeC Proofiler 400 Enhanced. Ce système, équipé d’une option de contrôle du Braille et des codes-barres, permet de scanner des échantillons et de les comparer automatiquement au fichier PDF correspondant. En quelques secondes l’utilisateur voit apparaitre les différences – erreurs du prépresse comme défauts d’impression – et n’a plus qu’à les évaluer. Le logiciel génère ensuite un rapport détaillé. Nicolas Mouquot explique : « Nous avons basé notre choix sur la facilité d’utilisation, la rapidité du contrôle et la pertinence des résultats. » Premier élément en faveur d’EyeC : le système Proofiler est opérationnel très vite. La disponibilité de Fabrice Hardouin, représentant d’EyeC en France, et la facilité avec laquelle il définit le jeu de paramètres idéal pour Pierre Fabre font la différence.

Simplicité et performance

Mais ce qu’apprécie le plus Nicolas Mouquot et ses contrôleurs : « C’est l’ergonomie du système EyeC Proofiler, le fait que le logiciel soit très intuitif. » Les performances du Proofiler plaident aussi en sa faveur. « Par exemple, le contrôle des notices imprimées sur du papier fin fonctionne très bien avec le Proofiler, contrairement à d’autres systèmes où l’apparition par transparence des textes du verso pose de vrais problèmes de contrôle. » L’étude du retour sur investissement apporte l’argument final.

« Le seul fait d’éviter le rappel d’un produit défectueux mis sur le marché rentabiliserait immédiatement l’investissement. » Il est cependant dur de prévoir et chiffrer les litiges. « Pour calculer le pay-back, nous avons essentiellement pris en compte le gain de temps et l’ergonomie du poste. » Avec l’installation du système EyeC Proofiler, le temps nécessaire pour contrôler et valider la qualité d’impression d’un conditionnement est passé d’environ 45 à 5 minutes. Le logiciel a aussi libéré le personnel de la « pénibilité » du contrôle : « Les techniciens préfèrent ne faire que le travail intelligent - soit valider les différences -, et laisser la répétition et le travail rébarbatif à la machine. »

Gain de temps, ergonomie, … mais aussi tranquillité

« Le Proofiler nous apporte aussi une grande tranquillité quant à la qualité du contrôle. En particulier sur des textes avec des caractères non européens, tels ceux asiatiques ou arabes. »

Enfin, le laboratoire a gagné en rapidité de communication et en relationnel avec ses fournisseurs. « La pertinence des résultats, grâce au rapport de contrôle détaillé, est sans appel. Cela assure un grand poids lors de litiges qualité avec nos fournisseurs. Là où avant il nous fallait prendre une photo, créer un document et entourer le problème pour prouver nos dires. Il nous suffit maintenant d’envoyer le rapport d’inspection. »

En un an, le système EyeC Proofiler a généré plus de 1490 rapports et effectué des contrôles de qualité sur plus de 730 références différentes. Pierre Fabre a gagné en productivité et trouvé en EyeC un partenaire pour faire face à ses hautes exigences de qualité.

nach oben

Contactez-nousDemandez une démo+33 6 303 841 32

nach oben

Partagez ou imprimez la page

Choisissez votre langue: